Borgund – Luster

Nous avons eu la chance de bénéficier d’une visite guidée, en français de la « StaveKyrke » de Borgund. C’est ainsi que « Chloé », nous fait d’abord observer la couleur noire typique de toutes les églises en bois debout datant de l’an 1180. Le bois est tellement vieux qu’il est nécessaire de lui appliquer du goudron (créé à partir de résine de pin chauffé) pour le conserver.

Sur ce site, l’église est posée sur une dalle en pierre, ce qui a grandement favorisé la conservation du bois qui a ainsi été protégé de l’humidité du sol. Nous observons ensuite les décorations en forme de tête de dragon sculptées sur le toit, les masques, animaux et motifs qui entourent l’encadrement de chacune des 2 portes.

Car même si beaucoup d’éléments de nature Vikings ornent l’église, c’est bien à l’arrivée du christianisme en Norvège qu’elle a été construite. Du coup, il fallait une entrée pour les hommes à l’est. Pourquoi ? parce que ce sont les femmes qui entraient par la porte Nord ? Pourquoi ? Parce qu’à l’époque, ont pensait que le diable arrivait par le Nord. Du coup, malins et courageux comme ils étaient, les hommes d’églises préféraient que le diable mange les femmes en premier. Mais bon, ne vous inquiétez pas : ils avaient toutefois prévu de mettre une planche à enjamber avant la porte, pour que ce diable, avec ses pattes de chèvre qui ne se plient pas, ne puisse pas entrer dans l’église…

L’intérieur de l’église est sombre.La seule fenêtre que l’on trouve sur la façade Est, a été rajoutée bien plus tard. Lorsque l’on ferme les portes, il devait faire quasiment noir total. Il n’y avait pas de bancs. On estime que les offices devaient durer une dizaine de minute tout au plus.

A l’intérieur, on prend la mesure du savoir-faire d’alors en matière de construction en bois.
Les colonnes en troncs massifs sont très impressionnants et soutiennent une charpente et un toit fabriqués tout simplement comme la coque d’un navire, posé sur la structure.

Dehors, enfin, un beffroi a été construit à côté de l’église car les habitants de la vallées se plaignaient que les 2 petites cloche de l’église d’origine ne s’entendaient pas assez loin.

 

 

En reprenant la route, nous passons les premiers cols enneigés de notre périple. Nous décidons alors de réaliser un rêve d’Elise : faire un bonhomme de neige… en été (commande dans le dessin animé de La Reine des Neiges) ! Autant dire que nous avons beaucoup pensé au personnage d’Olaf du dessin animé « La reine des neiges ».

 

 

Un peu plus tard, nous arrivons aux abords du Lustrafjord qui a tenu sa réputation d’offrir de magnifiques reflets.

 

Demain, nous allons remonter la sources des fjords.


«

»

Les commentaires sont fermés.