20 000 lieues sous la terre

En ce jour pluvieux, nous partons pour une expédition souterraine dans les grottes de Waitomo et les caves de Ruakuri (la tanière du chien). L’entrée de ces dernières nous intrigues par son architecture aussi réaliste que celle que l’on croise dans les… parcs d’attraction ! Nous traversons un long tunnel de béton pour ensuite arriver à une pièce totalement noire. Impossible de percevoir sa dimension mais l’eau qui coule nous laisse ressentir une certaine profondeur. Notre guide allume alors des petites lumières qui forment un sentier en spirale nous emmenant sous terre à l’entrée des grottes. Nous descendons un puits profond de 16m. La descente se fait au son des voix du petit groupe d’indiens qui s’amusent à jouer avec l’écho…

En bas, un filet d’eau coule sur une grosse pierre. Elle fut placée ici pour montrer le travail de l’érosion qui a sculpté les grottes. Il y a 30 000 millions d’années, la Nouvelle Zélande se visitait uniquement avec un masque et un tuba car le pays était au fond de l’océan ! Les tremblements de terre ont fendu la roche, l’eau s’est alors infiltrée pour creuser ces grottes.

La visite commence par des statues de stalagmites et de stalactites couleur crème. L’eau s’écoule toujours goutte à goutte continuant l’œuvre que nous découvrons pas à pas. Certaines formations ont pris la forme d’impressionnants drapés. La visite se fait au fil des éclairages activés par notre guide. Elle nous explique que le plafond de la grotte fait 200 m d’épaisseur. La région compte plus de 300 grottes, mais elles ne sont accessibles que par les spéléologues professionnels. Ici, le chemin est aménagé de manière à ne pas abimer les lieux tout en offrant une bonne accessibilité.

Par moment nous entendons le bruit d’une rivière et les voix d’aventuriers d’un autre genre. Il est en effet possible de visiter les lieux en rafting ou sur une bouée. L’activité nous tente bien mais cela n’est pas adapté à nos mini voyageuses…


Les photos sont difficiles à prendre dans ce lieu si sombre. La seule source naturelle de lumière est assurée par des vers luisants. Ces petits asticots craignent le bruit et la lumière. C’est la première fois de ma vie que je contemple des… vers ! Ces petites bêtes ont une vie curieuse. Par où commencer ? Elles « tissent » des filaments de pêche et font de la lumière pour y attirer leur proie, des petits moucherons. Les larves font un cocon et se transforment en… moucheron. Ce petit volatile se reproduit et ponds vite ses œufs avant d’être attiré par la lumière produite par les… vers luisants. Il se prend donc dans les fils gluants et se fait manger. J’appelle cela, le merveilleux cycle de la vie autarcique !

Après 1h30 de visite commentée en anglais avec un champ lexical qui nous est inconnu, nous remontons à la surface de la terre.

Une deuxième visite nous attend, les grottes de Waitomo (les caves d’eau). Nous accédons à une cathédrale souterraine de 18m de haut. Des chœurs viennent chanter dans ce lieu à l’acoustique incroyable. Nous admirons une fois de plus l’œuvre de la nature avant d’arriver dans un noir quasi total. A partir de là, on nous impose de garder le silence. Nous montons à l’aveugle dans une barque. Elle est dirigée par deux guides qui tirent sur des cordes tendues en hauteur. Les yeux rivés sur le plafond nous admirons en silence les milliers de vers luisants. Nous avons l’impression de voyager à travers la galaxie. Les petits points lumineux se reflètent dans la rivière, c’est somptueux. La navigation se termine par le retour à la lumière. La grotte débouche sur une jungle de fougères, la végétation nous accueille après de voyage souterrain.

Pour terminer notre journée, nous jetons notre dévolu sur la Kiwi House : « The Best Place to see a Kiwi » !!! Oh Yeah… Les lieux ne nous inspirent qu’une arnaque à touristes. Oui mais dans 1h30 nous pouvons assister au repas des kiwis ! Non DU kiwi, car au final il n’y en avait qu’un qui se dandinait dans son abri. Lorsque la personne est entrée dans l’enclos, l’animal s’est attaqué à son sur-pantalon. Pas de panique, ce n’est pas vraiment un animal féroce. C’est même plutôt rigolo à regarder. Il n’a pas d’ailes, juste deux pattes, un long bec et un gros derrière. Le kiwi ne sort que la nuit, il est donc plongé dans l’obscurité dans ce parc. Apparemment ils ont d’autres espèces, mais nous n’en aurons vu que les affiches…

Ensuite il y avait une autre attraction, le repas des anguilles ! Ouais, ouais… bon, ça a passionné les filles ! Voyager avec des enfants a (parfois) pour avantage qu’ils n’ont pas les mêmes centres d’intérêts que nous !


«

»

Les commentaires sont fermés.