File comme le van

Nous allons chercher notre van ! Pour cela, nous reprenons le bus, notre itinéraire est tout tracé. A l’arrêt de bus, nous faisons la connaissance d’un adorable Monsieur nommé « Mahamet », fier de sa « montre qui dort » (elle ne fonctionne plus) qui nous demande l’heure et d’où nous venons. Il demande aux filles leur prénom et elles ont su répondre par une phrase en anglais : « My name is… » !
Le trajet en bus se fera avec l’aide précieuse des chauffeurs qui nous ont indiqué le chemin le plus simple, surtout avec nos gros sacs.

Nous arrivons à l’agence de location. Dans l’entrée, une phrase a pris tout son sens lorsque nous avons eu les clés du véhicule : « L’aventure commence ici ». En effet. Nous avons un véhicule un peu plus grand que notre Ornicar, ce qui devait nous rendre la tâche plus simple. Le problème c’est qu’il n’y a pas de rangement pour y mettre NOS affaires. En revanche, il y a de la vaisselle en céramique, des oreillers, des grosses serviettes de toilette, une bouilloire et l’indispensable toaster !
Nous décidons d’y mettre nos sacs en vrac et d’aller manger. Après le repas, nous faisons une halte au supermarché. Ce n’est pas évident de faire ses courses dans un pays étranger. Que choisir ? Que cuisiner ? Pour aujourd’hui on restera sur du basique : pâtes, riz, sauce tomate, saucisses… En même temps, le choix n’est pas très large.
Le supermarché où nous allons propose des réductions pour… la station essence !

Après nos petites emplettes, nous sommes d’accord sur le fait qu’il faut essayer de quitter la ville. Nous décidons d’aller voir la péninsule d’Akaora. Sortir d’une ville avec si peu de panneaux et une conduite à gauche n’est pas chose facile, mais nous avons réussi !
Le paysage de collines et de montagne nous fait presque oublier le bruit assourdissant du moteur. Nous capitulons sur l’atteinte du port d’Akaroa à 19h lorsqu’on s’aperçoit que notre route est un cul-de-sac. Un arrêt s’impose, surtout qu’il nous faut optimiser le rangement si nous voulons tenir 4 semaines dans ce camion sans crise de nerfs !

Nous trouvons un petit arrêt dans un baie (la baie des pigeons ? Réalité ou coïncidence…). Comme toujours depuis notre arrivée, nous trouvons le sommeil sans peine.

 


«

»

9 réponses pour “ File comme le van ”

  1. Eh bien, il ne passe pas inaperçu votre nouveau van !
    Je vous embrasse.

  2. Effectivement çà claque ! je sais pas si Fernand a vu les couleurs..ahahah

  3. superbe !!!! j adore Jucy !!!!
    Elle ressemble un peu a la Mystery Machine, mais ou est donc Scooby doo !!!!
    Vous n avez plus qu a faire des pizza ou des spécialisées française !!!!
    profitez bien !! a++

  4. Ben perso, j’adore ce van… à part son nom : je lance un mini-concours sur le site pour lui trouver un nouveau nom parce que Tuperwear ne le met pas suffisamment en valeur!!! Les couleurs sont vives, l’intérieur est correct loin du luxe d’ Ornicar, certes, quant aux chevaux sous le capot, je croyais que vous étiez là-bas pour découvrir un pays, pas pour faire une course!!!
    Enfin, je le trouve un brin philosophique avec la métaphore « du verre à moitié plein » === On pourrait considérer que votre vie ressemblait à un verre à moitié plein ou à moitié vide et que ce voyage initiatique en famille apportera de la plénitude à vos existences… Je vous laisse méditer cette analogie du matin!!!! Bises Sylvie.

  5. Un grand salut à nos voyageurs de l’extrême.

    Jucy déchire un max, c’est autre chose que le van du plateau !! 🙂

    Bonne continuation.

  6. Excellent , superbe VAN ! je propose une déco du votre à votre retour !

    Bonne route !

    • Non non ! Il n’est pas de ce monde celui qui mettra de la peinture sur mon camion ! Encore plus si c’est du vert et du violet !!!

    • Si c’est pour que tu nous le décore en mode « nappe de pique-nique », non merci ! Mais tu peux toujours te faire plaisir sur ton aygo 🙂

Les commentaires sont fermés.