Rendez-vous en mer inconnue

3 jours plus tôt, sous une pluie battante, nous avons réservé une sortie en mer pour aller voir les dauphins.

Le premier casse-tête était de savoir quelle formule prendre. Aller voir les dauphins et visiter la baie ? ou aller voir les dauphins et nager avec ? La deuxième solution a l’avantage (ou l’inconvénient suivant la météo) de se faire avec un plus petit bateau. La sortie dure 4h et le préposé aux profits de la compagnie nous assure que le matin il y a moins de vent, que jeudi matin il ne doit pas pleuvoir et qu’il y a une réduction ! Allez…

C’est donc avec une joie débordante qu’Elise et Mathilde se préparent à aller voir où vivent les dauphins ! Il ne pleut pas, mais la mer n’est pas d’huile. Nous avons en tête les récits dégobillant de tout ceux qui ont voulu aller voir les baleines et l’on se dit que notre tour est venu.

Dans le bateau nous sommes tous sagement assis. Un membre de l’équipage propose à ceux qui le souhaitent d’aller sur le pont. Tiens… drôle d’idée… Le capitaine s’est dit la même chose et demande aux téméraires de rentrer car il ne souhaite pas perdre un mouton. Le dernier homme revient à l’intérieur, un moussaillon referme la porte… alors une énorme vague s’écrase sur la vitre. Ah, je me disais aussi que l’idée n’était pas la meilleure du jour. Le bateau navigue entre les îles. A l’extérieur les vagues nous donnent l’impression de faire des montagnes russes. A l’intérieur ce sont les mains qui se lèvent et les petits déj qui remontent. Bizarrement, lors de la fameuse question « Qui veut nager avec les dauphins ? », il y a les 3/4 des passagers qui sont partant… peut-être pour aller se laver.

Le capitaine nous explique que la nage avec les dauphins n’est pas assurée. Il faut que les animaux ne soient pas en train de chasser, se reposer ou avec des petits. Après 2h ponctuées de fausses alertes, ça y est ils sont là ! En fait pour les repérer il suffit de trouver un autre bateau de tourisme et quelques bateaux de particuliers. Voilà trois dauphins encerclés par les navires. Le personnel distribue les masques, tuba et palmes aux candidats à l’expérience qui doit changer leur vie. Benoit se porte candidat, pour ma part, ma résistance au changement sera plus forte que l’appel de la mer. Je m’installe sur le pont avec les filles (l’activité n’est accessible qu’à partir de 8 ans). Les dauphins nagent sans vraiment se préoccuper du banc de sirènes intubées qui cherche à les suivre. Notre compagnie embarque plus de touristes que de matériel. Il faut donc faire plusieurs groupes. La compagnie d’en face semble mieux organisée. Tout le monde est équipé, le bateau manœuvre dès qu’il aperçoit les mammifères marins pour ensuite rejeter les nageurs à l’eau. Près de nous, il y a un plus gros bateau. Lui, il propose d’aller voir les dauphins et de visiter la baie mais personne ne va à l’eau. De mon côté j’assiste à ce ballet touristique sans avoir l’impression de louper une grande aventure. Nous sommes très loin de Jacques Mayol jouant avec son dauphin dans le Grand Bleu. Le voilier à côté de nous est dirigé par une navigatrice folle furieuse qui hurle sur les plongeurs pour leur indiquer dans quel sens nager. Après avoir fait tremper tout le monde, notre bateau prend le chemin du retour pour être au port à 12h. Finalement, seuls les premiers à l’eau ont eu une maigre chance de voir un dauphin pas trop loins d’eux. Pour les autres, dont Ben faisait partie, il n’y avait plus d’animal à l’horizon depuis un moment.

Une fois sur terre, c’est par les airs que l’eau nous vient. Il a donc dit vrai, jeudi matin il ne pleuvrait pas !


«

»

Les commentaires sont fermés.