Wai-o-Tapu

Nous partons nous promener dans une vallée géothermale à Wai-O-Tapu. Cette réserve naturelle a une superficie de 18 km², mais seule une petite partie est aménagée pour la visite. La zone est traversée par la rivière Wai-O-Tapu qui rejoint ensuite le fleuve Waikato. Aucun poisson ne peut survivre dans ces eaux en raison de la présence de composants chimiques. Ils donnent d’ailleurs des couleurs irréelles aux lacs et aux rivières.

En premier lieu nous passons près des cratères de 20m de diamètre, 12m de profondeur. Nous entendons l’eau qui bout au fond. Il est formellement interdit de sortir du chemin. Pour une fois, tout le monde a envie d’obéir ! Ils se sont formés il y a environ 900 ans par l’action de l’acide. Autour du cratère nous pouvons observer des dépôts jaune pâle en formés par le soufre. Les noms qu’ils portent laissent carte blanche à notre imagination qui, finalement, touche du doigt la réalité. Je vous laisse imaginer La maison du diable, Le cratère du tonnerre, Les encriers du diable.

Nous arrivons sur un petit belvédère qui nous offre une vue sur La palette de l’artiste. Cette étendue d’eau présente des teintes qui varient suivant la température des piscines, les couleurs changent suivant la composition et le niveau d’eau. Nous passons une plateforme en bois qui nous amène à La Piscine de Champagne. C’est la plus grande source du parc, elle fait 60m de diamètre et 60m de profondeur. Elle a une température de 74° et elle pétille ! Dans l’eau on trouve de l’or, de l’argent, du mercure, du soufre (jaune), de l’arsenic, du thallium, de l’antimoine (orange)…

Notre promenade passe ensuite dans la forêt et au milieu des formations géothermiques. Nous passons près des falaises d’alun, des grottes de soufre, des rivières et lacs aux couleurs étonnantes. La visite se termine vers le cratère de l’enfer. L’eau bouillonne violemment. Il y a peu de temps elle aurait jailli jusqu’à 20m de haut. Puis le chemin surplombe le bain du diable à la couleur improbable : l’eau est verte… fluo en raison de la présence d’arsenic.

Cette promenade de deux heures au milieu des fumeroles et des odeurs de souffre fut inédite pour nous. Maintenant il est temps pour nous de profiter de ces merveilles de la nature autrement qu’avec nous yeux ! A 6 km du parc nous partons pour un petit bain dans des piscines d’eau minérale à 38-40°.

Pour la première fois de sa vie, Benoit entre dans l’eau sans faire de grimace ! Elise et Mathilde sont heureuses de pouvoir enfin se baigner. Le cadre est très agréable. Nous sommes entourés d’une belle végétation, la rivière tombe directement dans les bassins. L’eau est changée chaque matin. Il n’y a pas grand monde et nous pouvons accéder à tous les bassins. Que demander de plus pour terminer la visite de cette région étonnante ?

 


«

»

Les commentaires sont fermés.