A la recherche du calme

Armés de notre nouveau vieux guide, nous arpentons les rue « calmes » de la ville. Les magasins sont fermés, mais la circulation est tout de même impressionnante pour nos yeux de touristes néophytes. Ici on roule à droite, du moins c’est ce qu’il doit être écrit dans le code de la route. Je me demande d’ailleurs si ce n’est pas la seule règle qui y est inscrite. Pour le reste, il faut klaxonner, pour passer un carrefour, pour doubler, pour tourner…
Pour les feux, trois couleurs, trois consignes : vert = je passe, orange = je passe et rouge = je peux encore passer. Malgré l’extrême simplicité du code de la route, nous sommes contents d’être à pied. Il nous faut tout de même traverser les rues qui sont occupées à 80% par les deux roues, tout comme les trottoirs. Pour rejoindre l’autre côté, il faut avant tout s’assurer que l’on a besoin d’aller en face. Ensuite, on avance, un pas à la fois en tenant son enfant fermement par la main. Il est interdit de reculer, de se retourner.

Dans le Lonely Planet, il est proposé de visiter le temple de la littérature, « havre de paix loin de l’agitation frénétique de la ville ». C’est drôle, mais nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette brillante idée. C’est donc au milieu d’un troupeau de visiteurs que nous accèderons à ce lieu de zénitude. En effet, le lieu doit être très agréable en temps normal. Mais aujourd’hui, prendre une photo demande déjà de la motivation.

C’est un des rares lieux qui n’a pas été détruit pendant la guerre. L’architecture est d’inspiration chinoise. Il fut construit en 1070 pour honorer les grands écrivains du pays. En 1076 il accueillera la première université du pays, destinée aux fils de nobles. En 1442, elle accepte tous les étudiants méritants du pays. Ils y étudiaient la littérature et la poésie ainsi que les principes du confucianisme.

A ce sujet, les religions qui prédominent dans le pays sont le bouddhisme, le confucianisme et le taoïsme. Leurs croyances sont en fait un mélange de ces trois philosophies religieuses, même s’ils ont tendance à dire qu’ils sont bouddhistes. Plus tard, avec la colonisation française, viendra le christianisme.

En quittant le temple nous nous promenons autour d’un lac où sont installés des hommes faisant de la calligraphie. Cela semble très important pour les habitants vu le nombre de demandes.

Nous n’abandonnons pas l’idée de trouver le calme et nous partons vers le parc Lénin où se déroule une exposition florale. Finalement, nous n’y trouverons que des manèges, pour le grand plaisir d’Elise et Mathilde. Elles en profitent également pour courir sans risque dans les allées du parc.


«

»

Les commentaires sont fermés.