Dalat

N’ayez pas peur, Dalat n’a rien à voir avec une ville dangereuse au contraire ! Elle fut découverte par Alexandre Yersin. Il a trouvé que le climat y était plus agréable qu’à Saigon. En effet nous sommes en altitude, ce qui lui vaut le nom de station climatique. Nous trouvons en effet que les températures sont agréables pour l’hiver, 25-28°. Mais les locaux prennent la station climatique au pied de la lettre et sont en doudoune, bonnet et gants.

Les gens disent que lorsque nous sommes à Dalat, nous avons l’impression d’être en Europe, voir en France. Dalat, sa ville construite autour du lac lui donne des airs d’Annecy… sauf qu’il lui manque la montagne malgré les 1500m d’altitude. Je vous rassure, on se sent toujours bien au Vietnam, il y a toujours autant de scooters sur les routes ! Pour retrouver le calme, nous louons un pédalo en forme de cygne pendant 1h. Un peu de sport ne nous fera pas de mal. Pour les 10 dernières minutes nous laissons les filles piloter et elles y arrivent, nous regrettons de ne pas avoir eu l’idée plus tôt car l’effort physique les fait taire !

Dalat est réputée pour son climat plus doux ce qui permet de faire pousser des fruits, des légumes et des fleurs que l’on ne trouve pas autre part dans le pays.
Afin de faciliter les déplacements nous tentons une location de vélos, mais personne n’accepte de baisser les prix et demande le double de ce que nous payons habituellement. Nous décidons alors de mettre nos jambes à contribution et partons à pied. Nous faisons une halte dans un joli parc de bonsaïs en bordure de lac. Les enfants courent dans les allées pendant que nous prenons un verre en terrasse.

Après cela nous prenons la direction du parc floral, ou le royaume du selfie ! Les massifs sont très colorés. Nous trouvons des géraniums, des pensées, des roses, des coquelicots. Certaines statues sont un peu kitches, même au yeux des vietnamiens.

Un voyage est fait de concessions. A défaut de moyen de transport pour découvrir les alentours nous optons pour un circuit proposé par une agence. Nous craignons un peu d’être mêlés à un groupe, mais les tours ne comprennent que 10 clients maximum. Effectivement nous sommes 6, un couple russe nous accompagne dans le minibus.

Nous faisons un arrêt dans une gare qui n’est plus en service où l’on peut voir une ancienne locomotive. Puis, nous passons voir des serres remplies de gerberas.

On nous emmène ensuite sur les plantations de café où l’on nous explique la différence entre l’arabica, le robusta et le moka. Les 3 variétés sont cultivées dans le pays avec une prédominance pour la seconde. Ils proposent le « weasel coffee » qui est un café récupéré dans les excréments de fouine. Mais rassurez-vous, il y a d’autres étapes entre le ramassage des petites crottes et le café moulu ! Les graines sont tout d’abord mises à fermenter, puis à sécher. Ensuite ils vont enlever la coque et la petite pellicule qui entoure la graine. Vient ensuite l’étape du tri des grains des différentes variétés avant la torréfaction.
Notre guide nous explique comment reconnaître les caféiers en observant les feuilles des arbres.

Nous reprenons la route en direction de la cascade de l’éléphant. De nombreux visiteurs sur internet mettent en garde les touristes sur la difficultés de la promenade, mais nous la trouvons passionnante même si elle est très courte. Après avoir descendu un petit chemin qui nous offre un beau spectacle, nous crapahutons dans une grotte qui débouche au pied de la cascade. Pas besoin d’être en dessous pour être trempés, les éclaboussures nous rafraichissent bien !

Sur la route du retour nous demandons au guide de nous déposer à la Crazy House que nous avions visité en 30 min le matin. Les lieux nous ont bien amusé. C’est une maison construite par une architecte vietnamienne qui a fait ses études en Allemagne. Cette maison est faite de nombreuses petites pièces, nous avons l’impression d’entrer dans un arbre, puis une girafe. Nous grimpons toujours plus haut pour enfin avoir une jolie vue sur la ville. Les petits ponts nous donneraient presque le vertige. C’est un vrai plaisir de la visiter lorsqu’il n’y a que peu de monde car il est très compliqué de se croiser dans les étroites allées.
Il est également possible de passer la nuit dans cette maison, non pas parce que l’on s’y perd (quoique…) mais parce qu’ils proposent des nuits d’hôtel. En revanche, il ne faut pas avoir peur d’être réveillé par les touristes le lendemain. Les chambres sont toutes aussi farfelues que le reste du domaine et ça nous plait bien.

Nous terminons la journée en profitant d’un jus de fruits frais à l’ombre. Même s’il fait chaud, nous savons que les températures sont plus supportables que celles de notre prochaine étape : Ho Chi Minh.

Pour terminer, voici quelques photos du marché de nuit de Dalat.


«

»

Une réponse pour “ Dalat ”

  1. Grand écart culturel entre le « parc à Bonsais » et la « crazy house »… J’aurais aimé y passé une nuit…lorsque tu te réveilles, tu dois te demander dans quelle galaxie tu es????

Les commentaires sont fermés.