Hué

Hué est une ville qui nous surprend avant tout par la gentillesse de ses habitants. La circulation est dense, la ville est bruyante, mais nous commençons à être habitués à cette ambiance.

Nous avons fait un tour au marché. Je trouve que ces lieux sont uniques. Les étalages sont remplis de fruits, légumes, herbes aromatiques. Mathilde prend en photo tout ce qu’elle voit. Les gens lui demandent alors de les photographier. Nous éprouvons une certaine gêne à faire des portraits et finalement, venu d’un enfant le contact passe plus facilement. Le marché reste tout de même une épreuve car il faut composer avec les scooters, ils remplacent les caddies…
Ici nous voyons que l’industrie alimentaire a peu sa place dans l’alimentation des vietnamiens. Les supermarchés sont rares et peu fournis.

La ville d’Hué comprend une cité qui abrite une autre cité dans laquelle se trouve une cité interdite. Les premiers remparts de la citadelle ont un périmètre de 10 kilomètres. Nous décidons d’arpenter les rues jusqu’aux lacs. Mauvaise idée de tenter cette promenade après 16h. Nous assistons à un bouchon de scooters pour entrer dans l’enceinte. La suite ne sera que slalom entre les véhicules garés sur les trottoirs et ceux qui roulent.

L’entrée de la cité impériale est payante. Nos billets en main, nous partons à sa découverte. De nombreux bâtiments furent détruits durant la guerre d’Indochine. Le site comprend des zones en rénovation ou reconstruction. A l’intérieur nous entrons dans la magnifique cité pourpre interdite qui était réservée aux serviteurs de l’Empereur. Nous profitons des lieux jusqu’au coucher du soleil qui nous offre une belle lumière.

Hué compte également un centre de formation en boulangerie pâtisserie française. Un salon de thé propose alors des croissants et des pains aux chocolat dignes de ce nom ! Nous craquons à deux reprises sur cette enseigne qui nous ramène un peu à la maison.

Nous quittons Hué pour rejoindre la ville de Hoi An. J’ai choisi de prendre le bus local, pour cela il faut rejoindre la gare routière à pied, mais cette idée ne semble pas ravir mes 3 compagnons de route.


«

»

Les commentaires sont fermés.